Série : C’est ben pour dire !

Date de représentation : ,

La série C’est ben pour dire! invite sur la scène de la Maison de la littérature des artistes de la parole qui vous présenteront des contes de leur répertoire et vous parleront d’un aspect de leur parcours d’artiste ou d’artisan.

Présentée par la Maison de la littérature.

Contes à faire rougir les fraises
14 février 2017, 20h00
Avec Yolaine
Maison de la littérature - 40 rue Saint-Stanislas, Québec

Billets en prévente sur le site de la Maison de la littérature

20 $ * | MEILLEURS TARIFS AU 418 641-6797 OU SUR PLACE

Yolaine vous présente ses contes éducatifs pour les grandes personnes. Lors de cette soirée, vous en entendrez des vertes et des pas mûres qui pourraient vous faire rougir la fraise. Même si les labours et les semences n’ont plus de secret pour vous, il y aura bien quelques détails croustillants que vous prendrez plaisir à entendre et redécouvrir sous un nouveau jour.

Funambule en marche sur la mince séparation entre sa carrière de conteuse et ses fonctions de productrice et de diffuseure, Yolaine tente d’équilibrer sa vie d’artisanne du milieu culturel. Tout comme dans les milieux communautaire et humanitaire, la culture et sa diffusion s’appuie grandement sur des dons de temps, d’énergie et d’argent. Yolaine s’intéresse donc au gène de la générosité, le AVPR1a.

La soirée est d’ailleurs au profit du Projet OLA, organisme indépendant de développement au Guatemala. Le prochain projet de cet organisme est la construction d’une clinique médicale dans le village de San Pablo, au Guatemala. Que vous soyez porteur du gène ou pas, * 5$ par billet vendu sera investi dans la construction de la clinique.


En bois d’Olivier
14 mars 2017, 20h00
Avec Olivier Turcotte
Maison de la littérature - 40 rue Saint-Stanislas, Québec

Billets en prévente sur le site de la Maison de la littérature

15 $ | MEILLEURS TARIFS AU 418 641-6797 OU SUR PLACE

Pour vous faire ses contes, Olivier Turcotte prend le costume et le langage coloré de Jos Violon, ce bûcheron canadien français du XIXe siècle. Il faisait partie des voyageurs des Pays d’en haut, comme on les appelait. L’auditoire est transporté dans le passé par la parlure, les références au mode de vie, mais aussi les thèmes légendaires chers aux porteurs de tradition orale du Québec comme le diable, la chasse galerie, les hommes forts et les bêtes sauvages.

Les contes présentés, même s’ils ressemblent beaucoup aux contes de Jos Violon écrits par Louis Fréchette, sont composés par le conteur lui-même. Pour s’inspirer, Olivier est allé à la rencontre de gens pratiquant des métiers traditionnels : maréchal-ferrant, sage-femme, meunier, etc. On a d’ailleurs pu suivre cette démarche d’écriture originale à travers la série documentaire Voyage à travers les contes, présentée l’an dernier à MAtv.

Lors de cette soirée, Olivier vous contera certains de ses meilleurs contes ainsi que son intérêt pour les métiers traditionnels. Il lui restera juste assez de temps pour vous glisser un mot sur son métier de constructeur de maisons en bois rond et pièce sur pièce.


Tradition orale des Premières Nations, d’hier à aujourd’hui
11 avril 2017, 20h00
Avec Patrick Courtois
Maison de la littérature - 40 rue Saint-Stanislas, Québec

Billets en prévente sur le site de la Maison de la littérature

15 $ | MEILLEURS TARIFS AU 418 641-6797 OU SUR PLACE

Bien que les mythes fondateurs aient toujours été à la base des traditions orales des Premières Nations, celles-ci ont été profondément changées par les contacts avec la culture européenne et la modernité. Anciennement, autour du feu, se racontaient des légendes sur la création, les récits de vie des plus grands chasseurs ou des contes éducatifs sur les bons comportements à adopter en forêt, envers les animaux ou les autres êtres humains.

Aujourd’hui, l’intérêt pour le divertissement a donné de nouvelles couleurs aux façons de conter. Une panoplie d’histoires de villages, de menteries ou de contes ludiques est née. Bien que l’on y retrouve bien peu de traces du monde autochtone d’avant, avec un peu d’attention on peut y déceller la présence de l’ancienne oralité.


Le banc de quêteux
9 mai 2017, 20h00
Avec Patrick Dubois
Maison de la littérature - 40 rue Saint-Stanislas, Québec

Billets en prévente sur le site de la Maison de la littérature

15 $ | MEILLEURS TARIFS AU 418 641-6797 OU SUR PLACE

Hier encore, en entrant dans les maisons, on pouvait retrouver un petit meuble en bois dans le hall d’entrée: le banc de quêteux. Il servait à héberger pour une nuit ces hommes qui parcouraient les grands chemins. En échange du gîte, les quêteux offraient des services de ramencheux, d’affûteur de couteaux ou de conteur d’histoires.

Suivant les traces de ces voyageurs, Patrick Dubois a chaussé de vieilles bottes et accroché un sac de marin à son épaule. Il avait besoin de se raconter leur histoire ; de marcher avec eux ; d’être libre comme eux. Depuis, il y a encore un quêteux qui, dit-on, se promène sur les routes du Québec en offrant ses histoires contre un brin d’hospitalité. Espérons qu’on racontera son histoire encore longtemps.

En plus de nous offrir des contes de la Gaspésie et de nous parler d’une époque qui semblait révolue, Patrick Dubois nous contera comment il a ravivé une tradition québécoise et vécu son expérience de quêteux contemporain.

image 1

/evenement/serie-cest-ben-pour-dire/