mercredi
27
avril 2022

Réguliers : 17$

Membres du MNBAQ : 13,50$

Webdiffusion : 12$

Bienvenue dans notre bulle !

Informations :

Musée des beaux-arts du Québec, Pavillon Pierre Lassonde, Auditorium Sandra et Alain Bouchard

Début :

mercredi 27 avril, 19:30

Fin :

mercredi 27 avril, 21:00
Ados / Adultes

Spectacle présenté en salle et accessible via webdiffusion en direct.

En grande primeur cette année au Musée national des beaux-arts du Québec, des contes seront racontés en langue des signes québécoise (LSQ) ! Si vous craignez de ne pas comprendre, ne vous inquiétez pas, les histoires seront aussi racontées en français. On peut même vous faire un dessin… ou plusieurs, puisque des auteur.e.s de bande dessinée se joindront à cette soirée pour l’illustrer.

Une invitation à plonger dans des aventures épiques tirées de contes traditionnels et contemporains avec Jimmy Beaulieu, Francis Désilets, Dominique Deslongchamps, Nausicaa Gournay, Daphné Leroux-Connolly et Jennifer Manning.

Interprètes de soutien LSQ : Karine Lacroix Beaudet et Marie-Pier Poulin.

Présenté par le Festival de contes et menteries, Québec BD, le Musée national des beaux-arts du Québec et Le Lac des Signes.

Illustration ci-haut : Nausicaa Gourney

Illustration à droite : Jimmy Beaulieu

Artistes participants


Jimmy BeaulieuJimmy Beaulieu est né à l'Île d'Orléans en 1974. Il commence sa vingtaine dans la ville de Québec comme libraire et musicien et la termine à Montréal, où il emménage en 1998 afin de tenter sa chance en bande dessinée. Il publie en septembre 2000 son premier petit livre, Quelques pelures, et fonde du même coup la maison d’édition Mécanique générale. En parallèle, il lance en 2002 la collection de fanzines Colosse où il publiera des microtirages à la forme audacieuse. En 2003, il commence à animer les ateliers de bande dessinée au Cégep du Vieux Montréal. Ces ateliers verront passer de nombreux artistes importants du renouveau de la bande dessinée québécoise. En 2004, il s’exile à Angoulême pour une résidence de huit mois à la Maison des auteurs, résidence qui aura un impact considérable sur son travail subséquent. À la mi-chemin de cette résidence, il lance Le moral des troupes (Mécanique générale, 2004), qui le fait remarquer au Québec hors du nanocosme de la bande dessinée. En 2009, au terme d’une résidence à St-Malo, il décide de cesser de diriger Mécanique générale pour se consacrer à son travail d’auteur. Deux livres libidineux paraîtront dans la foulée, À la faveur de la nuit (Les impressions nouvelles, 2010) et Comédie sentimentale pornographique (Shampooing, 2011). Ces deux titres seront traduits en plusieurs langues. Il double en 2014 sa charge d’enseignement en acceptant d’animer un atelier au collège Rosemont. Rôles de composition (Mécanique générale et Vraoum !), son livre suivant, paraît en 2016. Cérdit photo : Prune Paycha
Francis DésiletsOn dit de lui qu’il est un conteur, mais on dit aussi parfois qu’il est un agrémenteur, en ce sens qu’il agrémente la réalité de cette petite touche de fantastique dont on a tous bien besoin. Francis Désilets se sert aussi de sa formation en histoire pour faire voyager son public entre rêve et réalité.   On peut donc dire que dans sa bouche, le conte, c’est la tradition qui flirte avec le passé plus récent. C’est aussi et surtout un verbe précis qui se veut le reflet d’un amour inconditionnel de la langue, de ses subtilités, de ses jeux de mots, de ses vers, de ses travers et de ses expressions truculentes. Chez lui, le conte, c’est l’histoire qui délaisse le texte. C’est le récit qui choisit à tout coup un sentier différent pour cheminer jusqu’à vos oreilles. Aussi chanteur, musicien et animateur depuis 1999, sa vaste expérience de la scène lui donne une réelle aisance sur les planches.  Crédit photo : Marie Fontaine
Dominique DeslongchampsVivant à Lévis depuis plusieurs années, Dominique est originaire de Black Lake.  Elle a grandi au milieu des mines d’amiante.  Dynamitages quotidiens, voisinage original, famille plus que nombreuse, force légendaire de ses ancêtres géants : les histoires habitent son esprit depuis l’enfance.   Son regard s’intéresse particulièrement à l’extraordinaire du quotidien, à la transmission des secrets simples et riches de l’humanité.  Dans ses histoires se côtoient douceur, honnêteté, vulnérabilité, plaisir et puissance : une célébration de la Vie sous toutes ses facettes.   Enseignante passionnée, elle a le plaisir de faire voyager ses histoires, depuis quelques années, vers de plus nombreuses oreilles. Crédit photo : Raymond Maillette
Nausicaa GournayNausicaa Gournay est une jeune artiste et autrice de BD française vivant à Bruxelles. Au cours de son Master à l'ESA Saint-Luc BD elle a autoédité deux bandes dessinées, Ciao les nazes ! et A bisous, bientôt et écrit un mémoire intitulé Le queer et la bande dessinée. Elle a aussi participé à plusieurs publications collectives et fanzines. Actuellement, en parallèle de son job dans une librairie (au rayon BD!), elle planche sur des illustrations et projets de bande dessinée à venir.
Daphné Leroux-ConnollyCette touche-à-tout est l’incarnation de l’énergie pure. Sa curiosité et son instinct artistique l’ont menée à participer à plusieurs projets, dont le Congrès des Sourds à Québec (2004), le film Massacre en silence (2007) et la vidéo La vie me tue (2007). Daphné Leroux-Connolly a aussi participé à l’exposition pour les finissants du DEC en Arts visuels (2017), l’exposition de la SIFA (2017) et l’exposition Regard sur une œuvre inachevée, au Centre culturel Diane Dufresne (2018).    Issue d’une famille d’artistes de génération en génération, Daphné réside actuellement à Laval pour terminer ses études en Interprétation Français-Langue des Signes du Québec en affûtant ses outils d’intermédiaire linguistique en tant que signeure native. C’est donc avec un mélange de rigueur universitaire, de créativité inventive et d’une capacité à faire vivre des histoires hors du commun qu’elle nous livre des performances rafraîchissantes et “pas piquées des vers”.
Jennifer ManningJennifer Manning est issue du milieu du théâtre où elle a tenu un premier rôle dès l’enfance. Elle a aussi pratiqué la danse, participé à plusieurs courts-métrages et créé des vidéo-poèmes en langue des signes québécoise (LSQ) et en américan sign language (ASL).   Jennifer a toujours été active auprès de la communauté Sourde. Elle a participé à une adaptation de la pièce de théâtre Roméo et Juliette en LSQ à Montréal en 2002. En 2018, elle a joué pour la compagnie Voyageurs Immobiles dans une création artistique en LSQ de la pièce Traversée, dont les supplémentaires ont été par la suite présentées en ASL. Elle a également collaboré au court métrage Sauvez mes âmes avec Cinéall Production.   En 2019, Jennifer a interprété en LSQ Guérilla Girls lors d’une performance au Théâtre d’Aujourd’hui et a organisé un événement-cabaret en collaboration avec la Société culturelle québécoise des Sourds (SCQS) intitulé Deafies in Drag. Elle plonge ensuite dans l’univers du Festival Phénoména pour y présenter son adaptation en LSQ d’un des poèmes ASL de l’artiste Sarah Snively. L’année suivante, elle présente le poème en LSQ qu’elle a écrit et poursuit ensuite avec la présentation d’un spectacle collectif, Le Mythe de la main rare.   Artiste très prolifique, Jennifer est aussi interprète sourde LSQ et ASL. Elle interprète des chansignes dans ces deux langues. On la retrouve également dans des évènements d’improvisation.  

Comment s'y rendre

Musée des beaux-arts du Québec, Pavillon Pierre Lassonde, Auditorium Sandra et Alain Bouchard
179, Grande-Allée Ouest, Québec

Partenaires